Soleil Nocturne

Vivez sous l'occupation et dans la résistance en France de 1940 à 1944
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jean Moulin, un préfet pas comme les autres

Aller en bas 
AuteurMessage
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Mar 18 Juil - 0:53

(Source documentaire wikipedia)

Jean Moulin (né à Béziers dans le Languedoc-Roussillon le 20 juin 1899 et mort dans un train aux environs de Metz le 8 juillet 1943) est un résistant français qui dirigea le Conseil National de la Résistance durant la seconde guerre mondiale. Souvent considéré comme un des principaux héros de la Résistance, il est inhumé au Panthéon des grands hommes de la République Française .



Avant la guerre

Né à Béziers le 20 juin 1899, de Antonin et Blanche Moulin. D'un père professeur d'histoire geographie, Conseiller Général radical-socialiste de l'Hérault, Franc Macon Humaniste qui aura une très grande influence sur lui.

Bachelier en 1917, il s'inscrit à la faculté de droit de Montpellier et entre parallèlement comme attaché au cabinet du Préfet de l'Hérault sous le présidence de Raymond Poincaré .

Mobilisé en 1918, il participe aux derniers mois de la Première Guerre mondiale, puis obtient une licence de droit en 1921.

En 1922, il entre dans l'administration préfectorale, comme chef de cabinet du préfet de la Savoie, sous le présidence de Alexandre Millerand.

Puis de 1925 à 1930 comme sous-préfet d'Albertville. Il y est à l'époque le plus jeune sous-préfet de France sous le présidence de Gaston Doumergue

En septembre 1926, il se marie avec Marguerite Cerruti, dont il divorcera deux ans plus tard, en 1928.

En 1930, il est sous-préfet de Châteaulin. Pierre Cot homme politique radical-socialiste / communiste, le nomme chef adjoint de son cabinet aux Affaires Etrangères en décembre 1932 sous la présidence de Paul Doumer.

Parallèlement, il publie des caricatures et des dessins humoristiques dans la revue Le Rire sous le pseudonyme de Romanin.

En 1933, il est sous-préfet de Thonon-les-Bains et occupe parallèlement la fonction de chef de cabinet de Pierre Cot au Ministère de l'Air sous la présidence d' Albert Lebrun.

En 1934 il est sous-préfet de Montargis et secrétaire général de la préfecture de la Somme à Amiens.

En 1936, il est à nouveau nommé chef de cabinet au Ministère de l'Air du Front Populaire d'où il aide les résistants Républicains Espagnols anti Franquiste en leur envoyant des avions et des pilotes.

En janvier 1937 Il devient le plus jeune préfet de France d'Aveyron, à Rodez à l'âge de 38 ans.

En 1938, il est préfet de Charente.


Dernière édition par le Mar 18 Juil - 1:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Mar 18 Juil - 0:54

La Résistance

En 1939, il est nommé préfet d'Eure-et-Loir à Chartres. Sergent de réserve, il veut s'engager, mais l'administration l'oblige à conserver son poste de préfet d'ou il s'emploie à assurer la sécurité de la population.

Il est arrêté en juin 1940 sous le Régime de Vichy par les Allemands parce qu'il refuse d'accuser une troupe de tirailleurs Africains de l'Armée Française d'avoir commis des atrocités envers des civils à La Taye, un hameau près de Saint-Georges-sur-Eure, en réalité victimes de bombardements Allemands. Maltraité et enfermé pour refus de complicité avec les Allemands, il tente de se suicider en se tranchant la gorge avec un débris de verre. Il évite la mort de peu et gardera à vie une cicatrice qu'il cache sous une écharpe.

A cause de ses idées républicaines, fortement marqué à gauche comme radical-socialiste, il est révoqué par le Régime de Vichy du Maréchal Pétain le 2 novembre 1940 et placé en disponibilité.

Il s'installe dans sa maison familiale de Saint-Andiol (Bouches-du-Rhône) d'où, suite à l'appel du 18 juin 1940 par le Général de Gaulle depuis Londres il prend contact et entre dans la Résistance Francaise.

En septembre 1941, il rejoint Londres en passant par l'Espagne et le Portugal, par ses propres moyens, sous le nom de Joseph Jean Mercier et est reçu par le général de Gaulle à qui il fait un compte-rendu de l'état de la résistance en France et de ses besoins. Rapidement convaincu par l'intelligence et les capacités de Jean Moulin, le général de Gaulle le charge d'unifier les mouvements de résistance, disparates sur le territoire francais, afin d'en faire une armée secrète des forces francaises libres sous ses ordres. Avec des ordres de mission, des moyens financiers et de communication avec le général de Gaulle à Londres, il est parachuté dans les Alpilles dans la nuit du 1er janvier 1942 sous le pseudonyme de Rex.

En février 1943, il retourne rendre compte de son travail à Londres avec général Delestraint chef de l'Armée Secrète

Il revient en France le 21 mars 1943, chargé de créer le CNR (Conseil National de la Résistance), tâche complexe, car chaque mouvement de résistance cherche à conserver son indépendance. La première réunion du CNR se tient à Paris, au domicile personnel de Jean Moulin le 27 mai 1943. Il travaille entre autres avec les chefs des groupes résistants tels que Henri Frenay, Emmanuel d'Astier et Jean-Pierre Lévy

Il ouvre une galerie d'art à Nice, la galerie Romanin, qui lui sert de couverture.

En février 1943, Jean Moulin retourne à Londres rendre compte de sa mission à général de Gaulle qui le décore de la Croix de la Libération.

Fin mars 1943 il revient en France sous le pseudonyme de "Max" comme grand chef de le Résistance Française, seul interlocuteur de général de Gaulle. Il parvient au prix d'un remarquable travail à la constitution du CNR (Conseil National de la Résistance) qui réunit les chefs de tous les groupes de résistance francaise. Le CNR représente alors l'unité des forces militaires secrètes françaises reconstituées aux yeux des alliés et la légitimité de la France et de général de Gaulle comme seul chef de cette armée et chef politique de la France.

Il est arrêté suite à dénonciation le 21 juin 1943 à Caluire-et-Cuire (Rhône), dans la banlieue de Lyon dans la maison du docteur Dugoujon, où se tenait une réunion avec les principaux chefs de la Résistance. Identifié et interrogé par le chef de la Gestapo Klaus Barbie au Fort Montluc de Lyon, puis transféré à la Gestapo de Paris où il est torturé à mort. Il meurt dans le train Paris-Berlin qui le conduit vers les camps de concentration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Mar 18 Juil - 0:55

La légende

Il a d'abord été inhumé au cimetière Parisien du Père Lachaise, puis ses cendres ont été transférées au Panthéon, vingt ans plus tard pour commémorer le vingtième anniversaire de la Libération, le 19 décembre 1964 sous la présidence de Général de Gaulle.

Un discours solennel et émouvant fut prononcé lors de la grande cérémonie officielle où le Ministre de la Culture, grand homme de lettre, intellectuel et philosophe de la République Francaise, héros de la Résistance et compagnon de Résistance de Jean Moulin, André Malraux fait entrer Jean Moulin au Panthéon des grands Hommes de la République Francaise. Il fait de lui à cette occasion "le symbole" de l'héroïsme francais, de toute la Résistance à lui seul en l'associant à tous les Résistants Francais, héros de l'ombre, connus et inconnus, qui ont permis de libérer la France au prix de leur souffrance, de leur vie, et de leur idéologie de Liberté. Ce discours composé et dit par André Malraux fait partie des plus grands discours de la République Francaise et de l'Humanisme : (Le discours prononcé par André Malraux lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon))

« Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d'exaltation dans le soleil d'Afrique et les combats d'Alsace, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi ; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé ; avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses ; avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l'un des nôtres. Entre, avec le peuple né de l'ombre et disparu avec elle - nos frères dans l'ordre de la Nuit... »

...

« C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées. Aujourd'hui, jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n'avaient pas parlé ; ce jour-là, elle était le visage de la France... »


Ce discours légendaire fut suivi de facon magistrale et grandiose par le chant des Partisans interprété par une grande chorale devant le Panthéon

Il fut prononcé dans des conditions rendant difficile la prise de son et fut notamment retransmis en direct dans de nombreux lycées. Des enregistrements ont été réalisés, on peut notamment l'écouter à l'audiothèque du centre Georges-Pompidou.

Plusieurs écoles, collèges, lycées, et une université (Lyon III) portent le nom de Jean Moulin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Mar 18 Juil - 0:56

Controverses

Lorsqu'il vint à la réunion de Caluire, René Hardy, qui avait déjà été arrêté par la Gestapo, puis libéré, était suivi par la Gestapo. Certains estiment qu'il s'agissait d'une trahison, d'autres d'une imprudence fatale. Certains résistants comme Lucie Aubrac tentèrent de l'assassiner. Ayant rejoint d'autres secteurs de la Résistance, il passa deux fois en jugement après la Libération à cause de cette suspicion qui pesait sur lui, mais fut acquitté les deux fois, au bénéfice du doute.

Rappelons que l'origine de cette controverse prend ses sources dans le procès de Klaus Barbie. Son avocat, Me Jacques Vergès, insinue que les Aubrac ont trahi Jean Moulin et fait signer à Barbie un « testament ». D'autres historiens reprennent ce testament à leur compte ou s'appuient sur les archives du KGB pour dénoncer ce qu'ils pensent être des relations entre le Stalinisme et la résistance. Aujourd'hui, les thèses de ces historiens sont contestées.

Par ailleurs, certains comme Henri Frenay, chef du réseau Combat, accusent Jean Moulin d'être un crypto-communiste, à défaut de radical-socialiste, en s'appuyant entre autres sur ses liens avec Pierre Cot, lui-même très proche du communisme.

Aucun historien n'a repris à son compte les déclarations prêtées à Vergès par Barbie. Ce qui s'approche le plus d'une telle chose est un livre controversé du journaliste et historien amateur Gérard Chauvy, paru en 1997 et le soutien d'un universitaire, Stéphane Courtois, apportant son soutien à Chauvy lors du procès en diffamation intenté par les Aubrac. De plus, un certain nombre d'historiens de l'Institut de l'histoire du temps présent (Bédarida, Azéma, Rousso) ont longtemps hésité avant de se prononcer et prendre parti sans ambiguïté contre Chauvy et ses méthodes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Mar 18 Juil - 0:58

Quelques dates clefs

1899 : Naissance de Jean Moulin à Béziers (Hérault).

1918 : Mobilisation le 18 avril ; part pour le front le 18 septembre.

1921 : Adhésion aux Jeunesses Laïques et Républicaines.

1926 : En septembre mariage avec Marguerite Cerruty (il divorce en 1928)

1932 : Chef adjoint de Cabinet du Ministère Pierre Cot (décembre)

1936 : Partisan d'un soutien militaire à l'Espagne ; est pour une alliance avec l'URSS contre l'Allemagne hitlérienne

1940 : Est arrêté le 18 juin (car il refuse de signer un document allemand accusant les troupes coloniales françaises d'atrocités ) ; rentre dans la résistance.

1941 : Le 25 octobre, prend contact avec De Gaulle, à Londres, qui le charge de deux missions : contrôler les forces militaires des mouvements de résistance de la zone sud et unifier tous les mouvements sous l'autorité de De Gaulle.

1943 : Le 21 juin, est arrêté à Caluire ; il meurt le 8 juillet à la gare de Metz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
thomas

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 29
Localisation : ici même
Emploi : lycéen
Nom du personnage : lire, ordi, jeux video
Date d'inscription : 23/07/2006

MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   Dim 23 Juil - 20:23

Lossiel a écrit:


Plusieurs écoles, collèges, lycées, et une université (Lyon III) portent le nom de Jean Moulin.

il y a aussi des rue; avenue; place...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Moulin, un préfet pas comme les autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Moulin, un préfet pas comme les autres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soleil Nocturne :: Une page d'histoire :: La résistance et ses réseaux-
Sauter vers: