Soleil Nocturne

Vivez sous l'occupation et dans la résistance en France de 1940 à 1944
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Waffen-SS

Aller en bas 
AuteurMessage
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: La Waffen-SS   Jeu 7 Sep - 11:23

(Source wikipedia)

La Waffen SS a été formée comme une subdivision d' élite, armée (waffen=Arme en allemand) des corps SS ordinaires (Schutzstaffel) en Allemagne nazie pour remplir une grande variété de fonctions :

les troupes d'élites (Verfügungstruppe, SS-VT) qui se battirent comme l'armée (Wehrmacht).
la garde personnelle d'Hitler, la Leibstandarte Adolf Hitler (LAH)
Ensuite il y eut les SS Freiwilligenverbände (Unités de volontaires SS) des pays et régions comme l'Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Grande-Bretagne et le Commonwealth (Corps libres britanniques), Bulgarie, Biélorussie, Croatie, Danemark, Estonie, France, Finlande, Géorgie, Hongrie, Inde, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Caucase du Nord, Norvège, Roumanie, Russie, Slovaquie, Espagne, Territoire des Sudètes, Suède, Suisse et l'Ukraine.

1 000 000 d'hommes passent dans les rangs de la waffen SS ( 300 000 allemands, 700 000 étrangers)

La naissance de la Waffen-SS

En 1923, le parti nazi (NSDAP) dirigé par Adolf Hitler est engagé dans une lutte violente pour la conquête du pouvoir en Allemagne. Pour Hitler et ses camarades de combat, tous les moyens sont bons pour arriver à leurs fins. Dans cette optique, les Nazis s'appuient sur les Sections d'Assaut (SA pour Sturmabteilung), sorte de milice armée paramilitaire présente dans nombre de grandes villes allemandes.

Les SA, constituées par Ernst Röhm et Hans Ulrich Klintzsch assuraient la protection des rassemblements du parti, mais s'occupaient aussi de multiplier intimidations, violences et brutalités à l'encontre des opposants aux nazis. Les SA prenaient leurs ordres auprès de leur chef, Klintzsch et ne dépendaient en rien de Hitler, qui n'avait aucun contrôle réel sur eux.

En 1923, Hitler considéra qu'il avait besoin de sa propre unité de protection et décida la création d'un groupe d'élite de 200 hommes qui lui seraient dévoués corps et âme. Ces hommes, sorte de gardes du corps, avaient pour principal rôle d'assurer sa protection rapprochée. Cette "garde prétorienne" prit le nom de Stabswache, et fut basée à Munich. L'uniforme noir fut choisi, ainsi que l'emblème à tête de mort (Totenkopf). C'est ici que se situent les origines de la Waffen-SS ou "SS combattante", branche de la SS-Allgemeine (ou SS Générale).

A la suite du putsch du 9 novembre 1923 à Munich (Marsch zur Feldherrnhalle) Hitler et ses complices furent arrêtés puis emprisonnés à la forteresse de Landsberg, dans laquelle Hitler écrivit son ouvrage Mein Kampf (Mon Combat). Les SA furent dissoutes par la République de Weimar et mises hors la loi.

Une fois liberé, en décembre 1924, Hitler entreprit de reconstruire le parti nazi fragilisé. En avril 1925, il re-activa sa Stabswache, commandée par Julius Schreck (n° de matricule SS:5) et la renomma "Schützstaffel", sur le conseil d'Hermann Goering. Le sigle de la SS fut choisi, un double S en forme de rune. La SS évoluait encore dans le giron des SA, mais ne recevait ses ordres que de Hitler. Parallèlement, Hitler confia à Röhm la reconstitution des SA, bras armé du Parti et outil nécessaire pour la prise du pouvoir.

Mais en 1925, un désaccord brouilla les deux hommes et conduisit Ernst Röhm à démissionner puis à quitter l'Allemagne, pour devenir conseiller militaire en Bolivie. Cela n'empêcha pas les SA d'émerger à nouveau dès 1926. En 1929, les SA étaient encore la force armée la plus puissante du parti, mais les SS gagnaient de plus en plus de poids, même s'ils ne représentaient que quelques milliers d'hommes.

Hitler (qui, pour l'anecdote, avait lui-même le n° de matricule SS:1 alors qu'il n'avait jamais fait partie de l'organisation) nomma à la tête de la SS Heinrich Himmler qui devint par là même le chef suprême des SS, le Reichsführer SS. Sa mission était simple, faire de la SS une force armée puissante, composée de soldats d'élite et capable de contre balancer le poids grandissant des SA. Hitler voulait "une organisation d'élite constituée de troupes issues du Parti et sûre en toutes circonstances" . Afin de remplir l'objectif assigné par Hitler, Himmler mit en place un système de recrutement qui reposait sur des critères drastiques. Seuls les hommes en excellente condition physique, aux origines raciales pures et adeptes convaincus des thèses nazies pouvaient être recrutés dans la SS. En 1933, l'effectif de la SS s'élevait déjà à 52.000 hommes. Même si ce chiffre semble être important, il n'était rien au regard des presque 3 millions de membres que comptaient les sections d'assaut (SA) en cette même année 1933... depuis 3 ans Röhm, chef agressif et bagarreur, était revenu de Bolivie à la demande de Hitler et occupait le poste d'Oberster SA Führer - OSAF ou chef des SA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Waffen-SS   Jeu 7 Sep - 11:24

La fin des Sturmabteilungen et le développement des Schutzstaffeln

En 1933, Adolf Hitler accède au pouvoir. Le Reichstag brûle le 27 février 1933, ce qui donnera un pretexte à Hitler pour dissoudre le Parti Communiste. Dès l'été, Hitler détient les pleins pouvoirs grâce aux décrets signés par le vieux maréchal Hindenburg. L'Allemagne devient un état totalitaire dans lequel SA et SS se voient attribuer des pouvoirs de police. Les SA prennent une importance considérable. Bien qu'étant l'un des outils majeurs ayant permis à Hitler d'arriver au pouvoir, les troupes de Röhm deviennent une menace; en effet, les SA, indisciplinées et arrogantes, gênent considérablement les efforts de rapprochement entre le Parti et les généraux de l'armée de métier. Ces derniers, héritiers d'une longue tradition séculaire, bénéficient de privilèges liés à leurs rangs et voient d'un très mauvais œil les SA.

Certes, l'armée travaille depuis 1931 avec les Sturmabteilungen, mais elle exige de conserver le monopole des armes, alors que les SA justement multiplient les achats plus ou moins clandestins de fusils et d'armes lourdes. De plus, Ernst Röhm va même jusqu'à demander à Hitler sa nomination au poste de ministre de la défense. Son but est de faire de ses SA la "nouvelle armée du peuple", une milice officielle, qui à terme pourrait bien supplanter la vieille Reichswehr. En outre, l'attitude ouvertement agressive et anticapitaliste des SA leur attire les foudre tant des milieux diplomatiques que de la bougeoisie allemande.

Dans la nuit du 30 juin 1934 et les jours suivants, les SS liquident plus de 300 personnages influents de la SA, dont 16 officiers supérieurs des Sections d'Assaut, y compris Ernst Röhm, qui refuse de se suicider. Il sera abattu d'une balle dans la tête dans sa cellule par un garde SS. Cette purge est connue sous le nom de "nuit des longs couteaux". Le 20 juillet 1934, Hitler annonce que la SS sera dorénavant totalement indépendante des SA. Himmler peut se réjouir et se consacrer au développement de son organisation.

L'expansion de la SS se fait à plusieurs niveaux. Heinrich Himmler, avec l'accord de Hitler, ordonne la création d'un nouveau service, le Sicherheitsdienst ou SD, pour service de sécurité du Reich. En 1936, le contrôle total des forces de police du pays passe sous l'autorité de la SS. La Police régulière, l'Ordnungspolizei, et la Police de sûreté, la Sicherheitspolizei, sont désormais administrées par les services SS de Himmler. La Sicherheitspolizei est divisée en deux grandes entités distinctes : la Kriminalpolizei ou Kripo (police criminelle) et la tristement célèbre Geheime Staatspolizei mieux connue sous le nom de Gestapo (police secrète d'Etat).

Ces différents organes de répression seront gérés au sein d'une direction créée le 27 septembre 1939 et appelée Reichssicherheitshauptamt ou RSHA, pour Office Principal de Sécurité du Reich. Le RSHA sera commandé(e) par Reinhard Heydrich puis par Ernst Kaltenbrunner. La SS cadenasse le pays et devient omniprésente dans tous les rouages de la vie publique. En plus des unités de police classiques et de maintien de l'ordre, les SS alignent la SS-Verfügungstruppe (ou SS-VT). Cette troupe créée sur ordre de Hitler le 16 mars 1935, est en charge de la sécurité mais est aussi utilisée dans le cadre de cérémonies officielles. Elle est commandée par l'officier SS Sepp Dietrich. C'est dans cette unité que l'escouade de protection personnelle d'Hitler, la Stabwache, devenue Leibstandarte est incorporée. Cette dernière dépend uniquement d'Hitler et même Himmler n'a pas de pouvoir de décision sur eux. Plus tard ces SS, seront à l'origine de la naissance d'une célèbre unité, la 1e SS Panzerdivision Leibstandarte SS Adolf Hitler ou LSSAH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: La Waffen-SS   Jeu 7 Sep - 11:26

La SS devient une troupe d'élite

En 1935, lorsque Hitler réintroduit la conscription en Allemagne, la SS-Verfügungstruppe est considérée comme une unité militaire à part entière, y compris par l'OKW (Oberkommando Der Wehrmacht ou grand quartier général de la Wehrmacht). Des écoles militaires SS sont ouvertes à Bad Tölz et Braunschweig afin d'y former les cadres de la future Waffen-SS. Le Général Paul Hausser, retiré de l'armée, est rappelé et nommé par Himmler et Hitler responsable de la création des ces nouvelles troupes d'élite. Ancien officier supérieur de la Reichswehr, Hausser met en application ses idées quant à la formation des SS et s'adjoint les services de Felix Steiner, futur commandeur de la division SS Wiking.

Subissant un entraînement très dur, des épreuves athlétiques quotidiennes, les recrues SS (les Junkers) sont préparées à mener des guerres d'agression. Tout est prévu à cette fin, y compris les tactiques d'assaut basées sur la vitesse d'exécution des ordres et la férocité au combat. Hausser accentue aussi la cohésion de ses hommes. Les SS, à la différence de pratiquement toutes les unités étrangères, et même allemandes, cultivent un esprit de camaraderie omniprésent.

L'organisation d'épreuves sportives par équipes renforce encore un peu plus cet état d'esprit. Les sous-officiers, peu aimés dans l'armée régulière, sont la pierre angulaire du système et encouragé au bout de deux ans de service à rejoindre les écoles d'officiers. Mais les SS suivent aussi une formation idéologique poussée, qui s'appuie sur des manuels d'éducation fournis pas le département de recherche idéologique de Himmler. Cet endoctrinement est souvent à la base de problèmes aigus entre d'une part Steiner et Hausser et d'autre part Himmler. Alors que les premiers cherchent à construire un corps militaire d'élite, le Reichsführer SS, insiste sur le mysticisme Aryen et l'hygiène raciale. Il exige des SS une parfaite connaissance des lignes directrices du N.S.D.A.P. et des théories du Parti. A cela Himmler ajoute un cours sur les "dangers du communisme" et "l'arrogance des juifs"... les SS deviennent donc à la sortie des écoles de formation, des soldats entraînés et fanatiques, prêts à tous les sacrifices pour leur Führer, le Parti et le IIIe Reich. Ils en font d'ailleurs le serment solennel, devant Dieu et le Führer : "Mon honneur se nomme fidélité" ("Meine Ehre heisst Treue").

Les critères de recrutement sont plus que drastiques. Taille minimum, pureté raciale (les futurs SS doivent prouver leur ascendance jusqu'en 1800 pour les hommes du rang et 1750 pour les officiers), âge compris entre 17 et 22 ans, etc... Les candidats au recrutement ayant des penchants pour l'alcool sont éliminés ainsi que ceux qui dans leur famille ont un membre mentalement déficient. De plus chaque candidat doit avoir été membre des Jeunesses Hitlériennes, la "Hitlerjugend" pendant au moins deux années. A l'inverse des recrues de la Reichwehr, les SS viennent plutôt des campagnes et des zones rurales. Au fil des mois puis des années, ces règles seront progressivement assouplies pour presque disparaître en 1943, devant l'hémorragie des troupes et la nécessité de recruter en masse.

Deux nouveaux régiments SS sont constitués, "Deutschland" stationné à Munich et "Germania" dont les casernes se trouvent dans la région d'Hambourg. Le premier sera à l'origine de la création de la 2. SS Panzer-Division Das Reich, le second sera la pierre angulaire de la future 5. SS Panzer-Division Wiking. Avec l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche par le IIIe Reich, un nouveau régiment baptisé "Der Führer", composé de nazis autrichiens, voit le jour.

Après l'écrasement de la Pologne, les trois régiments SS sont endivisionnés au sein de la SS Verfügungsdivision. La "Leibstandarte" (la garde de Hitler) est transformée en régiment motorisé mais conserve au travers de détachements, sa mission traditionnelle de protection du Führer. Hitler, qui planifie l'invasion de la France et de la Belgique, ordonne la création de deux nouveaux régiments ("standarten") SS, le 3e SS "Totenkopf" dont les hommes proviennent de la SS-TV (SS-Totenkopverbände, les gardes des camps de concentration) et le 4e SS "Polizei". Les cadres de cette dernière unité viennent des services de police, d'où son nom.

Tous ces corps bénéficient de l'armement le plus récent, des meilleurs engins de combat et disposent d'une force de frappe supérieure à leurs alter ego de la Wehrmacht. L'OKW demande et obtient de Hitler le contrôle opérationnel des SS. L'appellation de la SS-VT devient Waffen-SS et est officiellement reconnue au sein du IIIe Reich le 2 mars 1940. Elle prendra part à pratiquement tous les affrontements menés par l'Allemagne, sur presque tous les fronts (sauf en Afrique du Nord). Troupes d'élite, la Waffen-SS connaîtra à partir de 1943, une inflation artificielle du nombre de ses divisions. Ces dernières atteindront le nombre de 38 unités, mais beaucoup d'entre elles ne seront jamais que des divisions sur le papier et/ou de faible valeur. La SS accueillera aussi des volontaires, germaniques et non germaniques en provenance de toute l'Europe... "Armée privée", elle sera "Européenne" avant l'heure, et farouchement déterminée à servir son maître, le Führer, dans sa lutte contre le communisme et la "juiverie". Puis en 1944 et 1945, les SS deviendront les "pompiers du Reich", intervenant sur tous les fronts, pour redresser des situations mal engagées ou désespérées.

Mais en dehors des terribles combats qu'elle mènera sur les champs de bataille d'Europe, la Waffen-SS inscrira aussi son nom au fronton de l'infamie et de l'ignominie, coupable de nombreux massacres de civils innocents ou de prisonniers désarmés.


Mais aussi une troupe de "malgré nous"

La Waffen SS fournit aussi un cadre légal (ou illégal) pour des recrutements forcés hors des limites du Reich, que la Wehrmacht, trop légaliste, refuse d'assumer. "Malgré nous" alsaciens-lorrains, "Volksdeutsche" d'origine allemande enrôlés en Europe centrale, unités auxiliaires non allemandes (Russes de Vlassov, minorités ethniques des Balkans...). Lors de l'effondrement du Reich, beaucoup paieront devant le peloton d'exécution, ou par une longue captivité dans les camps soviétiques, la sinistre réputation de leur uniforme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Waffen-SS   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Waffen-SS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soleil Nocturne :: Une page d'histoire :: La France occupée-
Sauter vers: