Soleil Nocturne

Vivez sous l'occupation et dans la résistance en France de 1940 à 1944
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jazz - Bebop etc...

Aller en bas 
AuteurMessage
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Jazz - Bebop etc...   Dim 23 Juil - 11:38

La seconde guerre mondiale marque une rupture dans l’histoire de la musique afro-américaine en France. Après septembre 1939 les musiciens de jazz ne viennent plus faire de tournées dans notre pays. Les importations de disques cessent brusquement. Les 78 tours de jazz se font de plus en plus rares. Installé à Paris Charles Delaunay se souvient qu’en l’absence de nouveaux enregistrements chez les disquaires, il fait des recherches du coté du marché aux puces de Clignancourt. Il trouve quelques disques dans les centres de ramassage de l’Abbé Pierre. Enfin, nombres d’amateurs sont obligés de vendre leurs collections et proposent des ventes aux enchères par correspondance. Durant la guerre les Hot Clubs sont dissous et des 1939 Hugues Panassié quitte Paris pour s’installer à Mautauban.

Avec l’occupation le jazz ne disparaît pas. Jacques Demetre se souvient que pendant cette période Hugues Panassié anime une émission sur Radio Vichy. A Paris Charles Delaunay fait tout pour organiser des concerts. Assimilé à la variété, le jazz est toléré par les autorités allemandes. Certains occupants sont même des amateurs de cette musique.

Cependant, le plus surprenant est l’engouement du public français pour le jazz durant l’occupation, à la grande surprise des premiers amateurs. Ainsi Charles Delaunay écrit-il : « J’eus rapidement confirmation de la vogue soudaine pour les spectacles et du goût pour le jazz qui s’étaient emparés des Français (...). En roulant vers Paris j’avais beau réfléchir, je ne parvenais pas à m’expliquer un revirement d’attitude aussi soudain de la part d’un public hier encore indiffèrent sinon hostile au jazz. Un peu plus loin il explique ce qui attire le public pour cette musique : « Tout se passait comme si le jazz était désormais devenu le symbole d’un autre mode de vie (...). Il a le goût du fruit défendu qui se lisait aussi dans les excentricités de toutes sortes ». Le jazz devient donc une réaction contre l’occupation et donne naissance en grande partie à la mode des zazous dès 1942, mouvement protestataire par excellence dont un des principaux chefs de file est le chanteur Charles Trenet.

En 1945, le jazz, devenu musique de la libération avec l’arrivée des troupes américaines, suscite un engouement populaire. Il donne naissance à la mode swing et influence beaucoup de musiciens français. Les Français découvrent le jazz au contact des grands orchestres blancs de Glenn Miller, d’Artie Shaw, de Bennie Goodman ou de Woodie Herman. Lionel Hampton et Count Basie deviennent aussi très populaires. Cela donne naissance au phénomène de la rive gauche, lui-même annonciateur du jazz de Saint-Germain-des-Prés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jazz - Bebop etc...   Dim 23 Juil - 11:39

Les anciens et les modernes : la fracture Be-Bop

Elle trouva ses champs de bataille privilégiés en Europe. La seconde guerre mondiale avait en effet coupé tous les ponts avec les États-Unis pendant presque cinq années. Une éternité en regard de ce qui se jouait dans les clubs de la 52e rue !



Le choc n’en fut que plus violent. Le cyclone Be-bop s’engouffra sans prévenir dans des oreilles pour qui les innovations harmoniques de Duke Ellington ou de Coleman Hawkins en 1939 représentaient le summum des audaces imaginables.
Après quelques semaines de circonspection, le jugement tomba sans appel : il fallait impérativement protéger le « vrai jazz » des divagations irresponsables.
Toute production arrivant des États-Unis devrait dorénavant recevoir l’imprimatur de l’église officielle du jazz. Le reste était voué à l’enfer des errements modernistiques (le mot fut largement divulgué à l’occasion, comme si le terme moderne ne contenait pas en lui-même de consonances assez dissuasives pour en écarter les malheureux innocents, ce qui n’est pas sans rappeler la frénésie néologiste du discours des partis d’extrême-droite actuels. Faut-il y voir là une simple coïncidence ?).

En réaction, une frange infime d’amateurs et de musiciens se rangea en ordre de combat pour défendre âprement la musique nouvelle : le jazz avait trouvé des vieilles barbes en sa demeure !
On connut des joutes verbales et journalistiques homériques. Des excommunications de sections locales du Hot Club de France qui auraient montré trop d’indulgence envers la partie adverse. Et même, suprême outrage, on vit des alliés de longue date comme Charles Delaunay et André Hodeir, orthodoxes parmi les orthodoxes, passer sans états d’âme au camp ennemi.

De l’autre coté de l’Atlantique, sans manifester autant de virulence, les hostilités furent néanmoins engagées. Les deux camps s’opposèrent pendant des années.
D’un coté, les modernes, sommés à toutes occasions de justifier leurs choix esthétiques et de prouver leur légitimité.
De l’autre, les tenants de l’ancien style, désignés avec mépris du sobriquet de figues molles (moldy figs) par les plus jeunes, qui s’épuisaient à faire revivre les temps passés, en deçà de l’ère swing jusqu’au tréfonds de la préhistoire néo-orléanaise.

Il fallait impérativement choisir : vous étiez moderne ou vous étiez traditionnel. Pas d’autre alternative !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Lossiel
[Partie 1]
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 42
Localisation : Reims
Emploi : Bibliothécaire
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Jazz - Bebop etc...   Dim 23 Juil - 11:40

Le discours critique trouva dans la syntaxe de la musique nouvelle une justification à cette scission.

La structure harmonique des improvisations était malmenée par l’introduction systématique d’altérations chromatiques auparavant prohibées. Le déplacement des accentuations dans la mesure sortait la section rythmique de son strict rôle d’accompagnement. Les standards revisités, réduits à la portion congrue de la grille d’accords, avaient perdu ce qui aurait pu encore subsister de la joliesse ou de la mièvrerie imputables à l’industrie du pop-song.

Le Be-bop fut présenté comme une entreprise séditieuse à l’encontre de tout ce que le jazz plus ancien avait professé.
Pourtant, la révolution éclata bien plus délicatement qu’il n’y parût. Nombre de sommités du jazz « classique », à l’instar de Coleman Hawkins ou d’Earl Hines, se mêlèrent avec enthousiasme aux expérimentations des jeunes loups, qui n’exploraient pas d’autres terrains que ceux que leurs grands frères : Lester Young, Jimmy Blanton, Chick Webb… avaient défriché un peu plus tôt.
Sur la scène du Minton’s, haut lieu de la musique nouvelle, se mêlèrent tout aussi bien des Dizzy Gillespie, Kenny Clarke, Thelonious Monk, figures majeures de la nouvelle expression, que des traditionalistes comme « Hot Lips » Page, Joe Guy, Roy Elridge, Don Byas, sans que personne n’y trouve à y redire.
En détaillant le personnel des enregistrements historiques du Be-bop, on y remarquera des musiciens tout à fait étrangers à ce courant : Slam Stewart, Teddy Wilson, Zutty Singleton…

Cela n’était pas le fait du hasard, ni de restriction de la production, mais simplement le reflet de l’environnement quotidien dans lequel évoluaient les boppers les plus radicaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleil-nocturne.realbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jazz - Bebop etc...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jazz - Bebop etc...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cowboy Bebop (anime japonais)
» Chevaux de Jazz
» Hommage bien mérité au maestro Hulrick Pierre-Louis
» Obama n’a pas sa place à ici. Nous ne pouvons accepter cela dans une soirée patr
» Recherche danseur à la hauteur. [ Wyatt ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soleil Nocturne :: Une page d'histoire :: La vie continue-
Sauter vers: