Soleil Nocturne

Vivez sous l'occupation et dans la résistance en France de 1940 à 1944
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prologue

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Victor
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 49
Localisation : Bastogne Belgique.
Emploi : Educateur
Nom du personnage : GN, lecture, écriture
Date d'inscription : 20/10/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Sam 9 Déc - 21:58

[Mercredi 23 octobre 1940 17h10]

Arthur vient de quitter le café me laissant seul avec mes dessins, je ferme donc mon carnet d’un geste posé car je n’ai plus de raison de dessiner outre mesure.
J’aimerai bien terminer mon livre en paix, à la maison, au coin du feu un cigare si il m’en reste et un demi verre de bourbon pour terminer la soirée après avoir soupé.
Je range le carnet dans la poche intérieur de mon veston et bois une rasade de rouge à mon deuxième verre de l’après-midi.
Il est grand temps que je rentre, il n’est pas dans mes habitudes de rester aussi longtemps au café Drouot.


[Mercredi 23 octobre 1940 17h12]

Alors que je termine mon ballon de rouge, une fusillade se fait entendre dans la rue.
« Ce n’est vraiment pas le moment, je sent que je vais devoir terminer ma journée ici. »

De là où je suis je ne peut rien voir de ce qui ce passe dans la rue.
Je reste donc assis dans mon coin, ressort mon carnet de croquis et commence un dessin de la femme qui est entré parler à Adèle.
Celle-ci c’est levée pour aller voir ce qui se passe dans la rue et interpelle Arthur qui est au milieu de la chaussée.
Mon calme olympien apparent n’est qu’extérieur, je sais très bien que ce que j’entend veut dire, une personne au moins est en train de se faire tirer comme un lapin dans la rue.
Ayant connu la première guerre, je puis me ressaisir et paraître aussi calme que possible dans de pareil circonstance.


[Mercredi 23 octobre 1940 17h15]

Lucien entre dans la café, tenant Arthur par les épaules, le petit est terrorisé, mais sauf, encore un enfant qui deviendra adulte un peu trop vite. La guerre ne coûte pas qu’en perte humaine, mais également en perte d’innocence.

Adèle pousse le petit vers son amie en lui intiment l’ordre de rester près d’elle à l’abris, les choses se passeraient t’elle pour le mieux.

Je m’applique pour un mieux à mes dessins, essayant de ne pas trembler.

C’est alors que Adèle s’en prend à un allemand, voulant des explications sur ce qui se passe.
J’aurais pu lui dire que c’était peine perdue, elle se fait vite rabrouée et remise à sa place, je pense qu’elle l’a échappée belle, que nous l’avons échappé belle.


[Mercredi 23 octobre 1940 17h30]

J’en suis à mon deuxième portrait quand un allemand, nous oblige à rester dans le café pour nous interroger.

Yves est mort, brave petit gars, j’espère que sa mort a servi à quelque chose.


[Mercredi 23 octobre 1940 17h31]

Une alerte, il ne manquait plus que ça pour faire mon bonheur.
Je me lève, range mon carnet dans ma poche et suis les autres à la cave.
Comme depuis tantôt, je fais en sorte de ne pas me faire remarquer, Il est vrai que je suis un vieil homme sans importance.


[Mercredi 23 octobre 1940 – 17h37]

La cave du café est fournie en boite vide image d’un avant guerre plus prospère. Je profite que tout le monde regarde du côté de Nadine qui gémit, de Catherine presque inconsciente ou encore d’Arthur toujours en état de choque pour glisser mon livre sous quelques boîtes presque moisies dans le coin de cave où je me trouve, tout en faisant semblant de m’assoire par terre. Pas besoin d’obliger les allemands à me poser des questions plus que nécessaire.

[Mercredi 23 octobre 1940 – 17h39]

Calmement assis dans mon coin, je ressort mon carnet de croquis, observant mes compatriotes d’infortunes, je croque la scène discrètement attendant l’accalmie des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.parano.be
Gaston Dupuy
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 36
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Prologue   Dim 10 Déc - 14:35

[Mercredi 23 octobre 1940 17h31]
Voilà que ces sirènes de malheur retentissent, maintenant.
Je cherche machinalement la clef de ma cave dans une des poches de mon pantalon, lorsque le flot de personnes m'entraine, bien malgré moi, dans le sous-sol de la brasserie. Mais cela ne m'empêche pas de garder mon sens pratique et d'emporter avec moi le ballon de bordeaux qui m'avait été servi. "Faut pas gâcher cet Entre-Deux-Mers", me surpris-je à penser dans ce moment d'agitation soudaine.


[Mercredi 23 octobre 1940 17h37]
Entendant Mme Alluard fulminer, je comprend que l'homme mort dans les bras du garçon n'est autre que Yves, ce brave et sympathique serveur. Dans quel guêpier était-il allé se fourrer pour que allemands s'intéressent tellement à lui? Même mort?

Au son des explosions et des douces sirènes hurlant à la mort, je brasse du regard l'espace clos dans lequel nous sommes confinés; outre les allemands et les piliers tels que Barsoul ou Levreau, j'aperçois le gratte-papier, toujours affairé à ses oeuvres, ainsi que la femme qui avait tenu tête, autant qu'elle le pût en tout cas, aux soldats dans la rue. Elle semble connaître le jeune garçon. Je m'arrête un instant sur ce dernier; il a l'air perturbé. Rien de plus normal après les événements récents, mais il paraît être plus inquiet que troublé ou choqué. À quoi pense-t-il? Et pourquoi m'intéresse-t-il autant depuis quelques minutes?

Mais c'est sur Alluard lui-même que mon regard s'arrête avec insistance; ses propos envers Yves ne sont-ils dus qu'au petit manège que sa femme s'amusait à entretenir avec le serveur, ou son inimitié va bien plus loin? Que sait-il vraiment de Yves?
Dès lors, je guette l'homme, ses gestes et surtout ses paroles, tout en terminant mon verre. Dommage que cette cave ne soit pas celle du vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boitam.eu/
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 1:33

[Mercredi 23 octobre 1940 17h59]

L'attente est longue et pénible. 28 longues minutes s'écoulent. Nadine n'a jamais cessé de gémir.
Les Alluard sont entrés dans un mutisme qui cache leur douleur. Ils sont assis l'un à côté de l'autre et se tiennent la main.

Catherine afini par s'endormir. Gaston Levreau veille sur elle comme un frère sur une soeur. Que dire de Bernard Corbel ? Il n'a pas bougé d'un pouce.

Une nouvelle sirène retentie ... c'est la fin de l'alerte. Tout le monde remonte tranquillement dans le café.

René inspecte l'intérieur du caé et se dirige vers la terrasse.


- C'est pas tombé ici. C'était pas loin mais c'est pas chez nous !
Il s'attarde un moment sur la flaque de sang laissé par son serveur sur le trottoir d'en face puis il revientderrière son comptoir. Une petite larme perle sur sa joue gauche.

Bernadette regagne ses appartements. Gaston Levreau allonge Catherine sur une banquette et demande un ballon de rouge à René. Bernard Corbel fait un signe de la main et quitte le café

Nadine reprend son travail et nettoie les tables situées à l'extérieur.

- Tiens monsieur Victor vous aviez laissé une feuille derrière vous, dit-elle la tendant en direction de l'écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 47
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Gérante de société immobilière
Nom du personnage : Adèle Leblanc
Date d'inscription : 07/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 13:12

[Mercredi 23 octobre 1940 18h00]

Une fois remontée, en compagnie de Suzanne et d'Arthur, j'observe le café avec un nouveau regard.
Je me rends compte à quel point j'ai pu me faire des frayeurs mais je me dois comme à mon habitude de ne rien laisser paraître.

Je regarde René et le questionne.


-Ne croyez-vous pas qu'il serait judicieux de s'enquérir du pourquoi de l'assassinat de votre serveur?

Je jette en même temps un coup d'oeil à Gaston et à Lucien afin de voir leurs divers comportements puis sortant de mon sac un baton de rouge à lèvre, j'en profite afin de me redonner un aspect plus digne que celui d'une femme remontant d'une cave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 35
Date d'inscription : 15/09/2006


Points de vie:
9/9  (9/9)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 14:58

[Mercredi 23 octobre 1940 17h59]

Enfin cette maudite sirène s'est arrêtée. Je me précipite aussi rapidement que possible hors de la cave. Le café me parait beaucoup plus calme que lorsque nous l'avons quitté. Je me dirige vers la vitrine afin de jeter un oeil à l'extérieur. Mon imagination me joue des tours. J'apercevois devant moi des soldats français paradant sur le pavé, casque sous le bras et arborant un sourire victorieux. La troupe défile devant mon regard songeur, saluant les habitants penchés aux fenêtres qui leurs jetent des fleurs. La colonne remonte l'avenue Drouot en décrivant un étrange arc de cercle autour d'un obstacle au milieu du chemin : le corps de ce pauvre Yves. Tout s'efface alors que je retourne à la triste réalité. Je tourne la tête vers mes deux protectrices pour m'assurer qu'elle ne me prête aucune attention. Adèle s'adresse au propriétaire. Je profite d'un moment d'inattention de Suzanne pour me glisser subrepticement de l'autre côté de la porte et profitant encore de la rue déserte, je m'approche discrètement du corps.

- Mon vieux... Dis moi tout maintenant...

Un dernier regard inquiet et j'entreprends de le dégager de la chaussée en le trainant sur le trottoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Cabane
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 42
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 15:38

Adèle a écrit:
Je jette en même temps un coup d'oeil à Gaston et à Lucien afin de voir leurs divers comportements

Croisant le regard d'Adèle, je me permets de baisser la tête et de regarder ailleurs.
Je n'ai pas vraiment envie de savoir ce qu'il s'est passé. Moins j'en sais, plus j'ai de chance de mieux me porter.
Je m'approche de la vitre afin de voir un peu ce qu'est devenu ce monde extérieur.
De la fumée noire s'échappe d'une toiture non loin, j'espère que la boutique de Mr Imbert n'a pas été touché. J'espère qu'il va bien.

Je pense qu'il vaut mieux ne pas s'attarder ici et rentrer chez moi.
Mais d'un autre côté, j'ai une angoisse de mettre ne serait-ce qu'un pied dehors en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaston Dupuy
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 36
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 16:34

[Mercredi 23 octobre 1940 17h59]

La cave de Alluard est certes charmante, mais force est d'avouer qu'elle est ridiculement petite lorsque plus de dix personnes s'y terrent. C'est donc avec un certain soulagement que j'en sors, soulagement pleinement partagé par mes oreilles qui ne supportaient plus les pleurs légitîmes de Nadine.
Je pose mon verre sur le zinc, et je m'empresse de sortir du bar afin de rassurer ma femme. Sur le point de traverser, je remarque le garçon agenouillé devant le corps de Yves.


Citation :
- Mon vieux... Dis moi tout maintenant...
- Il risque de pas te répondre, petit, dis-je en m'approchant. Tu ne devrais pas rester là, les allemands ne vont pas tarder à revenir.

Puis, observant rapidement le jeune garçon, j'ajoute:

- Tu l'aimais bien, pas vrai? Moi aussi. Si les soldats récupèrent le corps, il finira certainement dans une fosse. Si tu es assez courageux, aide-moi à le transporter, je connais un endroit où le cacher et où on ne risque pas de le trouver. On l'enterrera dignement dans mon jardinet cette nuit.

Un endroit où le cacher et où on ne risque pas de le trouver.
C'est sûr que la cache au fond de la chambre froide est quasiment indécelable, à moins de casser les murs, mais ce qui fait surtout sa discrétion est le nombre restreint de personnes pouvant en parler: ma femme et moi.
Et voilà que j'annonce à un homme qui n'a pas encore fini d'en être un - et dont j'ignore jusqu'au nom - l'existence de ce que je ne révèlerai pas même sous la torture... Mais je crois que je peux lui faire confiance. Reste à voir de quoi lui est capable, autant dans la témérité que dans l'inconscience.
Les allemands sont allés trop loin. Même si gagner la guerre autorisait des choses comme ça, cela ne permet pas le mépris affiché que l'on subit depuis quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boitam.eu/
Arthur
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 35
Date d'inscription : 15/09/2006


Points de vie:
9/9  (9/9)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 13 Déc - 16:51

[Mercredi 23 octobre 1940 18h00]

Alors que je parviens enfin au niveau du trottoir, je regarde Gaston, interloqué. Je ne l'ai pas vu arriver, quel idiot ! Mon visage s'empourpre tout à coup sous le coup de la stupéfaction. Je balbultie quelques mots dans sa direction avant de jeter un regard circulaire autour de nous. La plupart des parisiens doivent encore se terrer dans les abris.

Citation :
Tu l'aimais bien, pas vrai? Moi aussi. Si les soldats récupèrent le corps, il finira certainement dans une fosse. Si tu es assez courageux, aide-moi à le transporter, je connais un endroit où le cacher et où on ne risque pas de le trouver. On l'enterrera dignement dans mon jardinet cette nuit.

Je frissonne à l'idée d'enterrer le serveur dans le jardinet du boucher mais j'aime encore mieux ça que de le voir jeté dans une fosse allemande. Je regarde franchement l'homme qui me fait face et lui lance avec un aplomb qui me surprend :


- Il faut faire vite alors.

Je saisis les chevilles du mort en détournant le regard. Mes forces sont décuplées par le stress. J'espère qu'il ne s'agit pas d'un mauvais coup et que je ne finirai pas cloitré dans la chambre froide d'un traiteur psychopathe. Aprés tout, je ne le connais que peu ce monsieur Dupuy. Je souris malgré mon malaise devant mon imagination décidement débordante d'activité. Je suis pris d'un léger rire nerveux que je tente de réfréner sans trop de succés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 30
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Couturière
Nom du personnage : Suzanne Simon
Date d'inscription : 08/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Jeu 14 Déc - 19:53

[Mercredi 23 octobre 1940 18h00]

Comme chaque fois qu'il y a des sirènes, je suis bouleversée et pâle, et si l'on prend garde, on peut s'apercevoir que je tremble légèrement. Mais je n'ai pas pleuré. Mon petit frère s'est suffisamment gaussé de moi comme cela que pour m'inciter à serrer les dents et prendre sur moi.
Je me tiens près de Mme Leblanc, je ne me résouds pas à la quitter d'une semelle, oubliant par là, l'ombre d'un instant, le jeune Arthur qui en profite pour sortir du café.
J'observe un instant Adèle, me concentrant sur sa manière de se peindre les lèvres. Ainsi, en me concentrant, cela m'aiderait à me calmer intérieurement. Je ne fixe plus que ses lèvres, oubliant presque tout le reste, Arthur, René, et jusqu'à Mme Leblanc elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Dim 17 Déc - 1:48

[Mercredi 23 octobre 1940 18h10]

Il y a beaucoup d'agitation dans la rue. Les allemands sont de retour. Vous entendez clairement la voix de l'officier qui hurle après ses hommes.

Quelques minutes plus tard il entre dans la café accompagné de son sous-officier et de deux hommes.


- Qui a pris le corps ? dit-il avec son français impecccable. Qui ?

René se retourne car il était affairé derrière le comptoir.

- Quel corps ?

- Le corps de votre serveur ! Où est-il, dit-il d'une voix qui laisse paraître un agacement qui risque de se transformer en colère.

- Ecoutez monsieur l'officier, nous venons juste de sortir de la cave et personne n'est sorti du café. Renseignez-vous avec les gens qui habitent la rue !

- Je vais me renseigner. Je vais me renseigner n'ayez crainte. A partir de maintenant, j'installe mon bureau ici, dit-il en indiquant une table. Tant que je n'aurais pas éclairci cette affaire !


Dernière édition par le Ven 5 Jan - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Cabane
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 42
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 19 Déc - 0:24

[Mercredi 23 octobre 1940 18h10]

Alors que je continue de regarder dehors, par la vitre du café Drouot, je vois un officier allemand s'approchait de la porte.
J'aurais mieux fait de vite quitter ces lieux, pensais-je instinctivement.
Je voulais prévenir les autres, les occupants du café, de cette arrivée soudaine, mais il était trop tard les allemands venaient de rentrer.

Un des allemands commence à poser des questions. Je préfère ne pas répondre. J'espère qu'une autre personne le fera et vite.

Et comme un sauveur, René prend la parole. Je peux ainsi faire quelques pas en arrière pour mettre un peu plus de distance entre les allemands et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 47
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Gérante de société immobilière
Nom du personnage : Adèle Leblanc
Date d'inscription : 07/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 19 Déc - 16:42

[Mercredi 23 octobre 1940 18h10]

N'ayant pas obtenu de réponse de la part de René, j'estime que celui-ci en connaît assez sur l'éventuelle réponse pour ne pas l'évoquer en public.

Je regarde faire l'officier allemand dans un premier temps toute aussi désireuse de savoir ce qu'il se passe, mais sachant que le jeune Arthur est l'objet des réponses à son questionnement, je préfère jouer sur la table du mutisme. Dans un second temps le voyant prendre position dans le café, je dois avouer que celà ne me sied guère.

Ayant un regard envers Suzanne, je prends ensuite l'élan de m'approcher de lui et de m'adresser à lui.


-Monsieur l'officier, je comprends que vous ayez des obligations, mais nous en avons tous aussi. Pour ma part je reviens il y a peu de la cave ce qui implique le fait que je ne puis en aucun cas avoir des éléments pouvant vous être utiles et de plus il est déjà 18h00 passé et je suis déjà en retard pour m'occuper de ma fille scolarisée qui doit rentrer tout juste.
-De ce fait je vous prie de bien vouloir laisser repartir une mère de famille à ses obligations et de la laisser rentrer chez elle, accompagnée de cette demoiselle -désignant Suzanne par un faible sourire- car les rues ne sont pas sures pour les femmes seules lors de la nuit tombée.
-Merci de votre compréhension.

Tout au long de mon laius sauf au moment où je tourne la tête pour désigner Suzanne, je regarde sans faillir les yeux de mon interlocuteur, ayant la froideur d'un visage sérieux et désireux d'obtenir gain de cause.
Suite à celà je sors un délicat mouchoir brodé que j'humidifie du bout de mes lèvres afin de le frotter contre une tache noir sur le haut de ma main, surement obtenue dans cette cave poussièreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 30
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Couturière
Nom du personnage : Suzanne Simon
Date d'inscription : 08/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 19 Déc - 22:36

Je me concentre sur les propos de Mme Leblanc afin d'oublier la présence des militaires allemands qui m'impressionne à un tel point que j'en reste muette. Lorsqu'elle annonce qu'il est déjà 18h passées, j'écarquille les yeux de surprise, le temps est passé si vite. Et surtout, je prends conscience que j'ai perdu tout un après-midi de travail. Je porte la main à la bouche, inquiète, et me reproche d'être allée dans un endroit que ma mère n'aurait pas plébiscité, et d'avoir traîné tellement...
Je baisse les yeux à terre, comme si je m'attendais à ce qu'une solution miracle en surgisse soudainement.
Je relève les yeux et cette fois, je regarde les allemands. Il faut absolument que je quitte cet endroit au plus vite. Il faut absolument qu'ils nous laissent partir. Que je le leur demande. J'ouvre la bouche comme pour m'adresser à eux, mais rien à faire, je suis bien trop intimidée, et je la referme aussitôt. Je m'approche subrepticement de Mme Leblanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 20 Déc - 1:03

[Mercredi 23 octobre 1940 18h10]

Adèle a écrit:

-Monsieur l'officier, je comprends que vous ayez des obligations, mais nous en avons tous aussi. Pour ma part je reviens il y a peu de la cave ce qui implique le fait que je ne puis en aucun cas avoir des éléments pouvant vous être utiles et de plus il est déjà 18h00 passé et je suis déjà en retard pour m'occuper de ma fille scolarisée qui doit rentrer tout juste.
-De ce fait je vous prie de bien vouloir laisser repartir une mère de famille à ses obligations et de la laisser rentrer chez elle, accompagnée de cette demoiselle [i]-désignant Suzanne par un faible sourire-
car les rues ne sont pas sures pour les femmes seules lors de la nuit tombée.
-Merci de votre compréhension.

- Mes officiers et moi-même allons contrôler les identités de tout le monde. Alors donnez vos papiers à mes hommes madame ainsi que toutes les personnes présentes ici, dit-il en parlant plus fort.
Je vous demande de revenir demain matin à 9h00 ici-même. Le patron se fera une joie de nous accueillir n'est-ce pas monsieur ? Il se retourne vers René Alluard et arbore un rictus de satisfaction. Alors à demain et soyez présents !

Les hommes font le tour des personnes présentes dans la café.

- Ah ! J'oubliais ! Je garde vos papiers jusqu'à demain. Vous allez pouvoir vous occuper de votre fille et de cette charmante demoiselle, dit l'officier en regardant à tour de rôle Adèle et Suzanne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 64
Age : 47
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Gérante de société immobilière
Nom du personnage : Adèle Leblanc
Date d'inscription : 07/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 20 Déc - 20:29

[Mercredi 23 octobre 1940 18h11]

Le guide a écrit:


Les hommes font le tour des personnes présentes dans la café.

- Ah ! J'oubliais ! Je garde vos papiers jusqu'à demain. Vous allez pouvoir vous occuper de votre fille et de cette charmante demoiselle, dit l'officier en regardant à tour de rôle Adèle et Suzanne.

Sans protestation je donne mes papiers et regarde Suzanne en faire autant.
Puis mue comme par une force indissible dont je n'aurais aucun contrôle je ne puis réprimer la phrase suivante.


-Vous ne facilitez pas la tâche des travailleurs, certains pourraient perdre leur emploi de ne pas pointer à 9h00.
-Merci en tout cas de votre sollicitude, je saurais en prendre bonne note.

Je regarde quelques instants le bon déroulement des opérations orchestrés avec maestro par ces virtuoses d'outre-Rhin puis prenant Suzanne par le bras, je l'entraîne hors du café de manière assez vive afin de ne pas être trop en retard pour retrouver ma chère Louise qui doit déjà s'inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 30
Localisation : Paris IX, Passage des Deux Soeurs
Emploi : Couturière
Nom du personnage : Suzanne Simon
Date d'inscription : 08/09/2006


Points de vie:
11/11  (11/11)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 20 Déc - 22:18

[Mercredi 23 octobre 1940 18h12]

Je regarde Mme Leblanc, sidérée qu'elle puisse tenir de tels propos face à ces allemands qui m'impressionnaient tant.
Une fois dans la rue, je trottine pour me maintenir à son rythme, elle marche si vite.
Je murmure un :

- Je vous remercie, madame...


Dernière édition par Lossiel le Mer 20 Déc - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Cabane
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 42
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Jeu 21 Déc - 0:19

Comme demandé, je donne mes papiers à l'officier allemand.
Tout le monde est entrain de le faire, je n'ai pas envie d'être différent des autres.
Après cela, je quitte le café, j'enfourche mon vélo et me dirige chez moi.
J'espère que ma petite femme ne se sera pas trop inquiété. Je vais en avoir des histoires à lui raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaston Dupuy
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 36
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 27 Déc - 20:47

[Mercredi 23 octobre 1940 18h07]

Je sors de la boucherie et je traverse la rue avec arthur afin de rejoindre le café.

- Éh bien, je crois qu'on arrive pile, dis-je à Arthur alors que j'entends à travers la rue le bruit reconnaissable des jeeps allemandes. Entre.

Je reste sur le péron, me mettant les mains dans les poches de mon veston, jusqu'à ce que l'officier me contraigne à rentrer à mon tour.
J'espère seulement que le garçon va tenir le coup, malgré l'air méprisant et sans scrupules de l'officier en train de nous menacer tous.

Je me contente d'assister au dialogue de cette femme, encore elle, avec l'officier, puis je donne mes papiers. Je regarde aussi discrètement dans la direction d'Arthur, afin de voir son comportement.

Il va bien me falloir un verre ou deux pour analyser les événements qui se sont produits cette dernière heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boitam.eu/
Arthur
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 35
Date d'inscription : 15/09/2006


Points de vie:
9/9  (9/9)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mer 27 Déc - 23:48

[Mercredi 23 octobre 1940 18h07]

Mes papiers? Mince... Mes papiers sont restés dans ma chambre. Cela ne pouvait pas plus mal tomber, à croire que cette journée est véritablement maudite. Je regarde Adèle avec un léger sourire forcé. Il semblerait que Suzanne et Mme Leblanc ne se soient pas aperçues de mon absence, trop occupées à négocier avec les allemands. C'est encore une chance...

Je redoute qu'ils ne nous demandent les notres. Quelle idée nous a pris de revenir nous jeter dans la gueule du loup? Je tressaille en les observant s'approcher. Gaston est prié de confier ses papiers à l'officier. Tout à coup, je me réjouis de mon jeune âge et espére passer au travers du filet. Illusoire espoir. Quelques claquements de bottes plus loin, je lève la tête vers l'homme qui me fait face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Ven 5 Jan - 19:30

[Mercredi 23 octobre 1940 18h11]

Arthur a écrit:
[Mercredi 23 octobre 1940 18h07]

Mes papiers? Mince... Mes papiers sont restés dans ma chambre. Cela ne pouvait pas plus mal tomber, à croire que cette journée est véritablement maudite. Je regarde Adèle avec un léger sourire forcé. Il semblerait que Suzanne et Mme Leblanc ne se soient pas aperçues de mon absence, trop occupées à négocier avec les allemands. C'est encore une chance...

Je redoute qu'ils ne nous demandent les notres. Quelle idée nous a pris de revenir nous jeter dans la gueule du loup? Je tressaille en les observant s'approcher. Gaston est prié de confier ses papiers à l'officier. Tout à coup, je me réjouis de mon jeune âge et espére passer au travers du filet. Illusoire espoir. Quelques claquements de bottes plus loin, je lève la tête vers l'homme qui me fait face.

Les allemands arrivent jusqu'à toi.

- papier bitte !

Voyant ta mine déconfite l'allemand commence à prendre un air plus menaçant. René intervient alors.
- C'est un gamin. Il habite au-dessus avec sa mère mais elle est autravail. C'est elle qui a ses papiers.

Le soldat se retourne vers l'officier.
- Nous ferrons ça demain.

L'officier allemand fait signe à ses hommes de quitter les lieux.

Il adresse un petit sourire de politesse tinter d'une pointe de plaisir un tantinet sadique.


- A demain madame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 35
Date d'inscription : 15/09/2006


Points de vie:
9/9  (9/9)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Lun 8 Jan - 15:06

[Mercredi 23 octobre 1940 18h20]

Ouf ! Le moins qu'on puisse dire c'est que j'ai eu chaud. Je lance à René un regard de gratitude avant de me laisser tomber sur le siège le plus proche. Je n'ai qu'une seule envie : rester seul dans mon coin et réfléchir à cette succession d'évènements qui me taraude l'esprit.

Tout d'abord la mort de Yves, abattu en pleine rue par la milice allemande. Puis le bombardement et le confinement interminable dans cette cave étroite qui me semble encore avoir duré des heures. Et pour finir, M.Dupuy et moi même, qui venons de nous mettre dans l'illégalité la plus totale pour je ne sais quelle lubie il m'a prit. Je me demande s'il me faudra raconter tout cela à ma mère lorsqu'elle rentrera. Elle risque de se faire du soucis. Mais pour l'heure, c'est plutôt à moi de m'en faire.

Je cherche des yeux Gaston. Maintenant que je suis calmé, il me faut lui parler. Aprés tout, je pense bien pouvoir lui faire confiance maintenant que nous sommes tous deux dans la même galère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 35
Date d'inscription : 15/09/2006


Points de vie:
9/9  (9/9)
Points de fatigue:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 16 Jan - 12:42

[Mercredi 23 octobre 1940 18h25]

Gaston semble se remettre les idées en place. Ce n'est sans doute pas le bon moment pour l'aborder. Je jette un coup d'oeil par la vitrine. Le ciel s'assombrit, et toujours pas de traces de ma mère. Mais où est-elle passée bon sang ! Que ne donnerais-je pas pour simplemement faire un brin de toilette et filer me réfugier sous mes couvertures. Je n'ai rien mangé d'autre qu'un croissant depuis ce matin, mais l'angoisse me tord l'estomac de telle manière que je ne parviendrais de toute façon à rien avaler. J'ai tellement hâte que nous soyons le lendemain afin que je puisse présenter mes papiers à cet officier et que l'affaire soit réglée. Et puis, qui sait, peut être que tout cela n'est qu'un mauvais rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 30 Jan - 22:56

[Jeudi 24 octobre 1940 8h45]

- Sale temps aujourd'hui, pense tout haut René en ouvrant le rideau du café.

En effet, c'est par une pluie battante et un léger vent glacé que commence cette journée.


- Cela ne présage rien de bon ça !

Il se dirige vers son comptoir. Il se saisit nerveusement un verre qu'il s'empresse de sécher avec un torchon bien propre. La porte s'ouvre. Il est à deux doigts de lâcher ce qu'il tient mais il se ressaisit.

- Bien l'bonjour René, sale temps pour les boches !!, dit une voix familière.

René répond par un sourire forcé mais rassuré à Gaston Levreau.


- J'ai ramené la mère Barsoul hier soir chez elle. Je ne sais pas si elle a eu le temps de décuiter !! Tu as ouvert bien tard aujourd'hui, j'ai cru que j'allais être aussi mouillé que ces sales cons d'allemands qui postent au bout de la rue.

- Quels allemands ? demande René.
- Bein ceux qui sont restés toute la nuit surveiller la rue tient ! Bon je vai l'attendre longtemps mon ballon, c'est qu'ça caille dehors !!

Les deux hommes se regardent et l'atmosphère devient lourde tout à coup. Gaston vide son verre d'une traite. Ils viennent tous les deux de réaliser que dans un quart d'heure le café sera la scène d'une comédie dirigée de main de maître par un officier allemand et dont ils seront les acteurs.

- Un autre s'il te plait.

- Les allemands ... marmonne-t-il en regardant son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien Cabane
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 42
Date d'inscription : 23/10/2006


Points de vie:
10/10  (10/10)
Points de fatigue:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Prologue   Dim 4 Fév - 1:18

Le mauvais temps semble se calquer sur le déroulement de cette journée.
Je vais devoir me justifier auprès des allemands et je ne sais pas sur quoi on veut que je m'explique.
Cette balade en vélo jusqu'au café Drouot est un moment riche en prise de tête.
Faut me resaisir, ce n'est qu'un contrôle de routine, rien d'alarmant.
En plus, je n'ai rien avoir avec tous ces évènements.

Le café n'est plus qu'à quelques mètres de là.
Je vais pouvoir comme à mon habitude, poser mon vélo contre la devanture et boire un café, si possible réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le guide
[Partie 2]
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 45
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Prologue   Mar 13 Fév - 12:33

[Jeudi 24 octobre 1940 8h50]

Arthur n'a pas passé une très bonne nuit. Madame Alluard le réveille en sursaut malgré son application à ne pas faire de bruit. C'est en effet chez les Alluard que le jeune homme a été accueilli. Sa mère n'est pas réapparu et Bernadette a proposé la chambre d'ami à Arthur.

- Si tu veux prendre un petit déjeuner, habilles-toi et descends au café. René te servira.

Arthur se retourne dans son lit et aperçois Bernadette dans une tenue pour le moins ... légère. Elle est vétue d'une simple chemise de nuit dont les boutons ne sont même pas fermés ce qui laisse entrevoir une bonne partie de sa poitrine. Elle observe le visage du jeune homme d'un air amusé plus se dirige vers la salle de bain arborant un sourire satisfait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prologue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prologue
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Prologue
» Prologue du film 16 Pokémon L'éveil de Mewtwo
» Prologue d'une étrange histoire.
» L'Épilogue du Prologue [One-Shot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soleil Nocturne :: Action principale-
Sauter vers: